Богатая история

Истоки происхождения церкви Святого Петра теряются во времени. По словам историков, он был основан в 1029 году королем Робертом II ...

 Des fouilles très complètes à l'intérieur de l'ancienne église Saint-Pierre en 1977-78 ont permis de savoir davantage sur cette église préromane, dont les substructures ont été mises à découvert. 

L'église Saint-Pierre remonte à la seconde moitié du XIe siècle pour sa partie la plus ancienne, qui est le clocher roman au nord. Une église romane a alors successivement remplacé l'église préromane et ne fut achevée qu'au XIIe siècle. Peu de détails en sont connus, à part qu'elle ne disposait pas de transept. Toute trace en a disparu, hormis les deux étages inférieurs du dit clocher, et peut-être des pans de mur de la façade septentrionale des bas-côtés nord. L'église actuelle a sinon été édifiée en plusieurs campagnes de construction jusqu'à la fin du XVIe siècle, essentiellement au milieu du XIIIe siècle pour le chœur pentagonal proprement dit (sans ses bas-côtés ou chapelles latérales) et le transept ; au milieu du XIVe siècle pour la moitié orientale de la nef et des bas-côtés ; et pendant la période de 1510 à 1530 pour l'autre moitié de la nef et des bas-côtés, la splendide façade occidentale et les chapelles latérales du chœur.

La première campagne de construction à la période gothique portait donc sur le chœur et le transept ; on peut la dater plus précisément pour les années 1240. Dans ce XIIIe siècle, Saint-Pierre était la paroisse la plus importante de Senlis (la cathédrale n'étant alors pas une paroisse). Au début du XVe siècle, une deuxième campagne d'agrandissement fut entamée, visant la reconstruction et le prolongement de la nef encore romane, ainsi que le remplacement du clocher primitif. Ces travaux ne sont pas menés à terme et s'arrêtent avant 1431. Jusque là, trois nouveaux piliers de la grande nef ont été construits, et les colonnes ont reçu des chapiteaux pour supporter les arcs des voûtes. Or, les voûtes de la nef n'ont jamais été réalisées, pas plus que l'étage haut de la nef dont les fenêtres devaient s'élever en dessus des toitures des bas-côtés. En 1432, à défaut de la construction d'un nouveau clocher, le vieux clocher roman est rehaussé d'un étage et muni d'un toit pyramidal en pierre, probablement sous la direction de Robert Cave. À partir des années 1460, la paroisse reçoit plusieurs dons importants afin de lui permettre d'ériger enfin le beffroi envisagé dès le début du siècle. Un plan est dessiné par les architectes Lorin le Riche et Jean Hazard, mais reste lettre morte.
Entre 1510 et 1520, les premières et secondes travées de la nef et des bas-côtés sont construits. Les bas-côtés sont tous voûtées, mais lors de l'édification du triple portail occidental à la même période, l'on renonce déjà définitivement au rehaussement et voûtement de la nef. En effet, la silhouette de la façade monumentale, qui témoigne « d'un grand talent décoratif et d'une merveilleuse habileté de main [qui] fit oublier ce que l'intérieur du monument présentait d'irrégulier et d'incomplet », s'adapte à la nef dans sa forme inachevée. À cette époque, Saint-Pierre dispose déjà d'un orgue. Entre 1525 et 1530, les chapelles latérales de part et autre du chœur sont en construction, pouvant être aussi considérées comme bas-côtés du chœur. De l'extérieur, l'église n'a pas encore son aspect actuel, puisque le rehaussement du clocher est encore en cours en 1588, « masse carrée, froide, prosaïque, surmontée d'une calotte qui semble écraser le transept méridional de Saint-Pierre ». La calotte achevée en 1592 est aussi qualifiée de « compotier renversé » troublant la silhouette gothique de Senlis.
 
 
Notre-Dame de Senlis       Chapelle Saint-Frambourg